samedi 12 juillet 2014

Laila Traby remporte les 5000m du championnat de France Elite

ليلى ترابي تفوز بسباق الخمسة الاف متر ضمن بطولة فرنسا للنخبة

La sportive d'origine sahraouie Laila Traby (Laila Hmatou-Traby) termine en tête des 5000m du Championnat de France d'Athlétisme Elite en 15min 50'60". 
C'était hier, le 11 juillet à Reims (51), départ donné à 17h15. Laila 1ère, devant C. Bardelle (2è) et S. Duarte (3è).
 Photo SAE


Photos FR3
Source photos FR3 et résultats : https://storify.com/f3champardenne/championnat-de-france-d-athletisme-elite-reims?utm_source=embed_header

Laila est la grande soeur de l'athlète sahraoui Salah Eddine Hmatou, aussi connu sous le nom de Salah Amaidan, réfugié politique en France et militant pour l'indépendance du son pays le Sahara Occidental, dernière colonie d'Afrique, partiellement colonisé par le Maroc. 


ليلى ترابي تفوز بسباق الخمسة الاف متر ضمن بطولة فرنسا للنخبة

توجت الرياضية من اصل صحراوي ليلى ترابي ( ليلى احمتو – ترابي) على راس المتسابقات لمسافة 5000 متر ضمن بطولة نخبة فرنسا في العاب القوى  ب 15 دقيقة و خمسين ثانية و 60 جزءا من المائة .
وجرت اطوار المنافسة يوم أمس 11 يوليو بمقاطعة ران ( 51) حين انطلقت المسابقة الساعة الخامسة والربع وحلت ليلى الاولى تليها ك.بارديل ثانية  فيما حلت س. ديارت الثالثة .
ليلى هي الشقيقة الاكبر للعداء الصحراوي صلاح الدين احمتو المعروف ايضا باسم صلاح اميدان لاجئ سياسي بفرنسا ومناضل من اجل استقلال بلده الصحراء الغربية اخر مستعمرة في افريقيا ، والمستعمر جزئيا من طرف المغرب .

mardi 8 juillet 2014

EM : Haissan Mahmoud, nouvelle victime de l'atteinte marocaine à la liberté de presse


Jeudi  2 juillet le journaliste Sahraoui Haissan Mahmoud a été arrêté à l'aube par des agents de la police marocaine qui l’attendaient devant son domicile. Le 1er juillet, la TVRASD avait publié une vidéo d'une manifestation pacifique populaire à El Aaiun occupée dans laquelle le journaliste apparaissait.

Notre correspondant sur place a confirmé avoir vu El Haissan couvrir la manifestation organisée rue Tan-Tan pour célébrer joyeusement la performance sportive de l'équipe algérienne au Brésil dans la Coupe du Monde de football.

Selon ses proches, le journaliste sahraoui Haissan a été conduit à la préfecture de la police pour être interrogé, puis il a été présenté devant le procureur le lendemain, sous les accusations « entrave à la circulation, attaque des forces de l'ordre »

Samedi 5 juillet dans l'après midi les avocats de la défense ont rapporté après leur rencontre avec El Haissan avoir vu des signes de torture bien visibles sur le corps du détenu. El Haissan leur a dit d’autre part qu’il avait été intimidé et menacé par le procureur du roi qui a donné l’ordre de le transférer à la Prison Noire.

Les militants de l'intifada et en particulier les journalistes sont régulièrement et de plus en plus la cible des autorités d’occupation marocaines, qui réagissent par la répression à la diffusion de leurs témoignages objectifs sur toutes les violations qu’ils commettent contre la population civile sahraouie dans les territoires occupés. Si l’on ne considère les 4 dernières années,  après le démantèlement de Gdaim Izik, des journalistes sont incarcérés, blessés de manière à entraîner leur incapacité physique, intimidés par la violence, ou dépouillés de leurs matériels professionnels.

Le 5 décembre 2010 les autorités d'occupation ont arrêté les journalistes Bachir Khadda et Hassan Dah du groupe Equipe media qui ont été condamnés après 2 ans de détention préventive à 30 et 20 ans de prison ferme. Le 8  décembre 2010, les journalistes de l’équipe média Hayat Rguibi et Nguia El Haouassi ont été arrêtées à l'aéroport d'El Aaiun occupée alors qu’elles partaient pour l’Afrique du Sud. Elles ont été incarcérées et ont passé plus de six mois dans la  "prison noire" de El Aaiun sans jugement. Le 24 décembre 2010, Khatar Mraizig  et Mohamed Ali Sidzein, deux journalistes de l'équipe media, arrêtés à Casablanca puis transférés à El Aaiun, ont passé plus de huit mois à la "Prison Noire" sans jugement.

Hassana Alya, journaliste de l'équipe media, arrêté en janvier 2011 par la police marocaine est lui relâché après trois jours d’interrogatoire en garde-à-vue. Néanmoins, les autorités marocaines émettent un mandat d'arrêt contre lui lors de son séjour en Espagne en raison de ses activités journalistiques, le jugent par contumace avec le groupe de Gdaim Izik et le condamnent à la prison à vie. Il est depuis en Espagne et ne peut rentrer au Sahara Occidental.

Le 11 février 2014 les journalistes sahraouis Sidi Sbai, Bouamoud Bachir, Jamour Mohamed et Tobali Hafed de l'instance indépendante du media sont arrêtés au check point nord de Sidi Ifni, ville du sud du Maroc. Ils sont condamnés à des peines de 4 à 6 mois de prison ferme.

Le 29 septembre 2013, Mlle Afaf Husseini  journaliste de l'équipe média est attaquée pour une seconde fois en 6 mois par la police marocaine qui lui casse le bras. Outre le préjudice des gros frais nécessaires à l’opération faite à Agadir, elle en garde une incapacité à travailler de plusieurs mois.

Depuis 4 ans, 13 journalistes sahraouis ont été privés de leurs outils de travail, caméra photo, vidéo, enregistreurs, véhicule, confisqués ou endommagés sans contrepartie par la police marocaine. Ce sont des journalistes des équipes EM, TVRASD, Radio Maizirat, et centre sahraoui de la communication.

30 journalistes des mêmes équipes ont été frappés et blessés sérieusement, heureusement sans fractures. L’Equipe Média est solidaire de la RASD TV qui réclame la libération de son journaliste Haissan Mahmoud.

Les arrestations arbitraires, intimidations, agressions des journalistes sahraouis par les autorités marocaines d’occupation sont des atteintes à la liberté d’expression et à la liberté de la presse, tout à fait contraire aux valeurs revendiquées par le régime marocain, et par les lois internationales.

EM, Sahara Occidental occupé
Le 9 juillet 2014

samedi 31 mai 2014

EM : 1er forage pour Kosmos Energy en octobre au large de Boujdour



Version arabe ci-dessous :
كوسموس انرجي تعلن اول عمليات الحفر عن البترول ببوجدور شهر اكتوبر القبل


La compagnie américaine Kosmos Energy a annoncé le forage du premier puits d’exploration pétrolier au mois d'octobre prochain à «Cap Boujdour» au large des côtes du Sahara Occidental occupé. Cette compagnie travaille avec et pour le gouvernement marocain. Ses partenaires pour cette opération sont les compagnies Cairn et Atwood.

Ce que veut faire cette compagnie est illégale. C’est interdit par le droit international parce que le Sahara Occidental est une colonie, un territoire non autonome. Les ressources naturelles du Sahara Occidental appartiennent aux Sahraouis. Par conséquent leur exploration ou exploitation exige l’accord des Sahraouis et doit être à leur bénéfice. Les deux conditions sont impératives et inséparables.

En d’autres termes, ceux du droit international, l'ancien Secrétaire Général adjoint de l'ONU aux affaires juridiques Hans Corell le dit clairement en conclusion de son avis consultatif "si des activités de prospection et d’exploitation devaient être entreprises au mépris des intérêts et de la volonté́ du peuple du Sahara occidental, elles contreviendraient aux principes de droit international applicables aux activités touchant aux ressources minérales des territoires non autonomes".

La compagnie américaine Kosmos déclare que ses plans sont compatibles avec le droit international et assure agir de manière éthique, en soulignant que la découverte de pétrole rejaillirait positivement sur la population sahraouie. Cette affirmation est caduque. Quel que soit le nombre d’argument donné par la compagnie ou par l’occupant marocain sur un hypothétique bénéfice de la population sahraouie, cela n’efface pas l’autre obligation conjointe qui rendrait légale ce commerce, l’accord des Sahraouis. Et celui-ci ne peut être obtenu que par référendum auprès des sahraouis vivants dans les territoires occupés, dans les campements de réfugiés en Algérie et en exil ailleurs dans le monde.

Parce que certains étrangers veulent bien croire les mensonges du Maroc sur son action positive et  bénéfique pour le Sahara Occidental sans l’autorisation sahraouie, il faut souligner l’état désastreux ou l’absence des institutions de soin, d’éducation, et de toute infrastructure que la partie occupée du territoire. Ce qui est construit et mis en place ne sert que les colons marocains et le pillage des ressources naturelles par le roi du Maroc, le makhzen, les généraux et les étrangers.

Les Sahraouis de la société civile refusent tout exploration et exploitation des ressources naturelles de la partie du Sahara Occidental occupée par le Maroc. Ils le manifestent régulièrement au détriment de leur santé, les protestations publiques étant en effet constamment attaquées avec grande violence par la police marocaine.
Depuis 2010 Les Sahraouis manifestent contre les activités de Kosmos en territoires occupés. Et par exemple, plus récemment depuis l’annonce du forage pour octobre, les Sahraouis marchent contre Kosmos le 26 février à El Aaiun, manifestent à Bougdour les 12 et 20 mars, le 15 avril, en Espagne. Le 19 avril, ils enregistrent des vidéos disant « kosmos dégage », et adressent à la compagnie des courriers de la même teneur le 15 avril. (voir les sites de WSRW et EM(
Sultana Khaya, présidente de l'observatoire Sahraoui pour les droits de l'homme et la protection des ressources naturelles à Boujdour occupé déclare : « Nous sommes contre l'exploration, mais également contre l'exploitation. Si le forage commence et abouti à la découverte de pétrole, cela veut dire que les efforts des Nations Unies vont être bloqués et que la répression et l'oppression vont augmenter contre les Sahraouis »

Selon les militants, ils vont continuer à manifester leur opposition à toute activité d’exploration et exploitation du pétrole, du gaz et de toutes les autres ressources naturelles du Sahara Occidental tant qu’ils ne sont pas entendus et leur volonté respectée, et cela en dépit de l’ignorance internationale. Ce n’est pas nouveau que la surdité internationale ressemble à de la complicité, et les Sahraouis n’ont jamais pour autant cessé de protester.
Ces manifestations marquent le désaccord des Sahraouis, et annulent toutes les justifications données par Kosmos sur la légitimité de leurs activités.

La base de vie construite pour ses travailleurs par Kosmos Energy à Bougdour est gardée par l'armée et la gendarmerie royale. Le rapport de force est annoncé et démontre que le Maroc n’aura plus aucune intension de solution négociée si du pétrole est découvert. En effet, le Maroc est le plus pauvre pays du monde au niveau de l'énergie, il importe selon la banque mondiale 95% de ces besoins.

Aux cotés des Sahraouis, l’organisation internationale Western Sahara Resource Watch (WSRW), dénonce notamment les projets de Kosmos et souligne que  «si le Maroc avait sérieusement l’intention de consulter la population du Sahara Occidental, ils auraient coopéré avec les Nations Unies en vue d’effectuer le referendum d’autodétermination ». Le président de WSRW, Erik Hagen interroge  d’autre part « par quel mécanisme le Maroc compte-t-il consulter (ndlr : les populations locales) ? La moitié des Sahraouis vivent dans des camps de réfugiés ».  Contactées par WSRW les organisations sahraouies de la société civile ont elles dors et déjà toutes déclaré n’avoir jamais été contactées par Kosmos Energy.
Reuters  souligne d’autre part que Kosmos mais aussi Total n'acceptent pas de discuter de leur présence au Sahara Occidental. La compagnie française Total est partenaire du Maroc sur le bloc offshore Anzarane au sud du Sahara Occidental, et mène donc elle aussi des activités illégales.

EM, Sahara Occidental occupé
Le 31 mai 2014

كوسموس انرجي تعلن اول عمليات الحفر عن البترول ببوجدور شهر اكتوبر القبل


أعلنت الشركة الاميركية كوسموس انيرجي عزمها حفر أول بئر استكشافية للبترول شهر تشرين الاول- اكتوبر المقبل برأس بوجدور قبالة سواحل الصحراء الغربية المحتلة . كوسموس انرجي تشتغل مع ولصالح الحكومة المغربية . وشركائها في تلك العملية هما شركتي "كيرن" و"اتوود".

ما تريد القيام به هذه الشركة هو فعل غير قانوني ، يمنعه القانون الدولي باعتبار الصحراء الغربية مستعمرة و اقليم غير متمع بالحكم الذاتي. ثروات الاقليم هي في ملك الصحراويين وبالتالي اكتشافها واستغلالها يتطلب موافقتهم ولايجب ان يتم ذلك الا لصالحهم  وهذان شرطان ملزمان وغير قابلان للتجزئة .

بمعنى أخر ، وطبقا للقانون الدولي ، فقد اكد مساعد الامين العام للامم المتحدة للشوؤن القانوينة هانس كوريل بشكل واضح في خلاصة رايه الاستشاري " أن القيام بانشطة أخرى في مجال التنقيب أو الاستغلال دون مراعاة لمصالح شعب الصحراء الغربية ورغباته سيشكل انتهاكا لمبادئ القانون الدولي المنطبقة على انشطة الموارد المعدنية في الاقاليم غير المتمتعة بالحكم الذاتي " .

شركة كوسموس  الاميركية أعلنت ان خططها تتماشى والقانون الدولي وتعهدت بالتعامل بشكل اخلاقي مشيرة إلى أن اكتشاف النفط من شأنه أن ينعكس إيجابا على السكان الصحراويين.

تلكم البيانات باطلة ، مهما كانت المبررات المقدمة من طرف الشركة او المحتل المغربي  حول فرضيات بشأن استفادة السكان الصحراويين . وذاك لا ينزع الالتزامات الاخرى التي تريد ان تشرعن تلك التجارة ، وهي موافقة الصحراويين . هته الاخيرة لايمكن ان تتم الا عبر استفتاء الصحراويين ، سواء من يعيشون بالمناطق المحتلة ، مخيمات اللاجئين في الجزائر او في المنافي عبر العالم .

ولأن بعض الاجانب يريدون تصديق الاكاذيب المغربية بشأن تحركاتهم الايجابية وذات الفائدة للصحراء الغربية دون موافقة  الصحراويين ، فانه من الواجب التاكيد على الوضع الكارثي لعدم وجود مؤسسات الرعاية ، التعليم و البنى التحتية بكل المناطق المحتلة .

ما تم انجازه من بنى لايخدم سوى المستوطنين ومن اجل  نهب الثروات الطبيعية من طرف ملك المغرب ، المخزن و كبار الضباط والاجانب .

ممثلي المجتمع المدني الصحراوي يرفضون كل استكشاف واستغلال للثروات الطبيعية بالمناطق المحتلة من طرف المغرب . هم يقومون بشكل منتظم بالتظاهر ، احتجاجاتهم  تتعرض باستمرار الى العنف من طرف الشرطة المغربية .

يقوم الصحراويون منذ العام 2010  بمظاهرات ضد انشطة كوسموس انرجي بالمناطق المحتلة . وعلى سبيل المثال في الاونة الاخيرة ومنذ الاعلان عن اشغال الحفر شهر تشرين الاول اكتوبر تم تنظيم مسيرة ضد كوسموس في 26 شباط فبراير بالعيون المحتلة ، مظاهرات في بوجدور يومي 12 و 20 نيسان ابريل ، وفي اسبانيا في 15 نيسان ابريل .

وفي 19 نيسان ابريل تم تصوير تصريحات تطالب كوسموس بالرحيل ، وتم  توجيه رسائل تحمل نفس المعاني الى الشركة في 15 نيسان ابريل ( انظر موقعي المرصد الدولي لحماية الثروات الطبيعية والفريق الاعلامي الصحراوي ايكيب ميديا ).

سلطانة خيا رئيسة المرصد الصحراوي لحقوق الانسان وحماية الثروات الطبيعية ببوجدور المحتلة تؤكد : " نحن ضد استغلال الثروات لكن ايضا ضد الاستكشافات . اذا ما بدات عمليات الحفر وادت الى اكتشاف البترول فان ذلك يعني ان جهود الامم المتحدة ستشل وسيستمر معها القمع وسيتنامى  القهر ضد الصحراويين ".

أكد لنا  ناشطون بأنهم سيواصلون التظاهر للتعبير عن معارضتهم لكل انشطة استكشاف واستغلال البترول و الغاز وكل الثروات الطبيعية الاخرى في الصحراء الغربية ما لم يتم الاستماع اليهم واحترام رغبتهم  وذلك على الرغم من التجاهل الدولي .

ليس جديدا بان الصمم الدولي يشبه التواطؤ ، وان الصحراويين لم يتوقفوا عن تظاهراتهم . هؤلاء المتظاهرون يسجلون عدم موافقة الصحراويين و يلغون كل المبررات المقدمة من طرف كوسموس بشأن شرعية انشطتها .

قواعد اشتغال  كوسموس انرجي المنشأة  من طرف  العمال  ببوجدور يحرسها الجيش والدرك المغربيين .

توازن القوى المعلن يظهر بان ليس لدى  المغرب  اي اهتمام للتفاوض من اجل حل اذا ما تم اكتشاف البترول . في الواقع يعتبر المغرب من افقر دول العالم في مجال الطاقة بحيث انه يستورد طبقا للبنك الدولي 95 في المائة من احتياجاته .

الى الجانب الصحراوي ، المنظمة الدولية " المرصد الدولي لحماية الثروات الطبيعية ادان بشكل خاص مشاريع كوسموس مشيرا الا انه  " اذا كانت لدى المغرب رغبة حقيقية لاستشارة سكان الصحراء الغربية فعليه اذن التعاون مع الامم المتحدة بهدف اجراء استفتاء لتقرير المصير " .

من جهة اخرى تساءل رئيس المرصد اريك هاغن عن الالية التي يمكن للمغرب ان يستشير بها (الساكنة المحلية) ؟ اذا كان نصف الصحراويين يعيشون في مخيمات اللجوء .

واكدت منظمات المجتمع المدني الصحراوي في اتصال بالمرصد انه لم يتم الاتصال بها مطلقا من طرف الشركة الاميركية .

من جهتها اشارت وكالة رويترز للانباء الا أن كوسموس وتوتال الفرنسية لا تريدان نقاش تواجدهما في الصحراء الغربية . الشركة الفرنسية هي شريك المغرب في المنطقة البحرية " انزران" جنوب الصحراء الغربية وتقوم هي الاخرى بانشطة غير شرعية .



الفريق الاعلامي الصحراوي "ايكيب ميديا"

31 ايار مايو 2014


dimanche 18 mai 2014

EM: Poulpe et contrebande; les Sahraouis s'invitent au colloque regionalisation; infos repression

Contrebande de poulpe au Sahara occupé, aucun respect pour la trêve biologique

Les associations de pêcheurs sahraouis ont plusieurs fois dénoncé le non respect par les pécheurs marocains de l’interdiction de pécher les pélagiques pendant la trêve biologique imposée du 1er mars au 1er juin 2014 dans les eaux sahraouies. Elles ont aussi dénoncé le laxisme des autorités marocaines dans le contrôle de l’interdiction.
Comme pour confirmer cela, les autorités marocaines à Agadir ont déclaré le 12 mai 2014 avoir confisqué 20 tonnes des poulpes péchées et transportées clandestinement depuis Dakhla occupée.
Le site électronique Maroc bleu, informe de la coïncidence entre cette annonce, et le chargement le lendemain au parc municipal, de cette même quantité de poulpes à bord de motocycles habituellement utilisés par des vendeurs.
La trêve biologique est destinée à permettre aux pélagiques de se reproduire, et à empêcher la disparition des stocks et espèces. C’est une condition incluse dans les accords de pêche signés par exemple avec l’UE, mais aussi une exigence environnementale.
A Dakhla, la pêche clandestine des poulpes est débarquée dans les villages de pécheurs, où viennent les charger directement les camions frigorifiques comme celui saisi à Agadir.
Des organisations de cette envergure ne peuvent être mises en place sans complicité ou corruption des autorités ou des controleurs.
Selon certaines sources, il semble que les compagnies qui appartiennent aux généraux marocains et les entrepreneurs proches des membres du palais royal ne respectent pas ces trêves au détriment de l’écosystème marin.
Hassan Lahya (ou La barbe) et Hassan Laatar sont dit être les deux rois des contrebandiers de la pêche aux poulpes. Un autre grand trafiquant marocain du poulpe, appelé Zebdi, serait lui le bras droit du General Abdelaziz Bennani. Zebdi est communément connu pour être le locataire de tous les entrepôts frigorifiques situé dans le port de Dakhla, comme ceux appelés Dakmar, (propriété du sahraoui Hamoud Weld Hmaida), le Mellal Beach (propriété de Meriem ment El Huessin Omussa) et le Andismar (propriété de Mohamed Boubakar).
EM, Sahara Occidental occupé
17 mai 2014

-----------------------------------

Les Sahraouis marginalisés s’invitent au colloque sur lé régionalisation

Le 11 mai 2014, à 18h, était organisé à Essmara, un colloque consacré à " la régionalisation avancée " auquel participait l'ex ministre marocain des affaires étrangères et membre du secrétariat de PJD Sa'ad Eddine El Othmani.
Plus des 100 chômeuses et chômeurs sahraouis ont envahi la salle avant la fin du colloque en criant des slogans contre le pillage systématique des ressources naturelles du Sahara Occidental. Ils chantaient notamment "Les sahraouis sont perdus, les ressources sont vendues"
Le colloque n'a pas pu se poursuivre, et s'est conclu par un communiqué de la coordination des marginalisés sahraouis, que l'ex-ministre a entendu avant de partir.
La déclaration des marginalisés sahraouis répondait à celle de l’ex ministre marocain, et affirmait :
- qu’en matière de changement, rien n’a bougé à aucun niveau
- qu’ils n’ont aucunement confiance dans les partis qui se constituent pour les élections, car ceux-ci n’ont que l’objectif de gagner les élections et non de représenter le peuple
Avant de quitter la salle avec le public, les marginalisés sahraouis ont conclu que « l’état marocain doit améliorer la situation des sahraouis et trouver rapidement une solution pour la décolonisation ».
https://www.youtube.com/watch?v=yE_NVeRYiFc#t=218
EM, Sahara Occidental occupé
17 mai 2014



-----------------------------------------------------

L’intimidation et la répression marocaine continuent au Sahara Occupé

Rien n'a changé sur le terrain, au Sahara Occidental. Les arrestations arbitraires et intimidations violentes par la police marocaine se poursuivent contre les Sahraouis militants.
Malgré la décision 2152 du conseil de sécurité qui souligne l'importance d'améliorer le respect des droits de l'homme au Sahara Occidental, les autorités marocaines d'occupation poursuivent leur politique d'agression contre les militants pour l'indépendance.

A Essmara occupée
Le 7 mai 2014 à l'aube, l'activiste sahraoui Ghali Zougham, 30 ans, a été brutalement tabassé par la police et les forces auxiliaires après avoir monté le drapeau de la RASD sur le toit d'un immeuble du quartier les bâtiments.
Selon l'activiste sahraoui Salek El Batel membre du comité sahraoui de la défense des droits de l'homme à Essmara, les policiers ont encerclé Zogham et ils lui donné des coups de pieds, de matraques et de pierres sur la tête et le dos alors qu'il était au sol.
Zogham a été transporté au 5ème hôpital militaire à Guelmim après des examens radiographiques effectués à Essmara. Le bulletin d’admission stipule « polytraumatisé ».
Selon la famille, Zogham est blessé à la tête, et souffre d'une fracture au niveau du bassin et du fémur gauche.

A El Aaiun occupée
Le 11 mai 2014, les forces d'occupation ont arrêté le militant sahraoui Mohamed Baber dans la maison d'un ami habitant le quartier Douirat. Selon des témoins des policiers ont tabassé le militant sahraoui au plein public avant de l’amener en voiture de police vers la préfecture où il a été torturé. Le 13 mai 2014, le juge d'instruction a ordonné de le mettre dans la prison de El Aaiun, la prison Noire, pour les chefs d’accusation de "Formation d'une bande criminelle en vue de commettre un crime contre des personnes et de l'argent, entraver la circulation"… soit la même accusation faite à Abdaselam Loumadi et Abdel Mouttalib Sarir, deux activistes arrêtés en janvier et février, après leur participation à la manifestation du 15 janvier.

Le 13 mai 2014, à 20h dans le quartier El Fateh, une patrouille de police marocaine a arrêté le militant sahraoui Lehmad Mohamed parce qu’il portait un T-shirt de l'équipe algérienne de football. Les policiers ont voulu forcer Lehmad Mohamed à dire qu'il est un marocain. Après son refus l’ont conduit en fourgonnette vers Gdaim Izik, la banlieue de El Aaiun, où il a été torturé.

Le même jour une autre patrouille a enlevé le militant sahraoui Salek Zraiginat devant la maison de sa famille. Il a été conduit à la préfecture de police où il a été torturé et interrogé pendant 5 heures sur ses activités indépendantistes, notamment parce qu’il est membre du centre sahraoui de l'information.

Le 15 mai, suite à la manifestation organisée par la coordination des associations sahraouies, à 19h les forces d'occupation dirigées par le commissaire Mohamed Ait Omar et par Mohamed Laalji ont attaqué violemment les manifestants et procédé à des arrestations.
Mohamed Azat 17 ans a été enlevé par la police après l’attaque, conduit par les policiers à l’oued Essaguia où il a été torturé avant d’être abandonné là.
EM, Sahara Occidental occupé
17 mai 2014

----------------------------------------

Une nouvelle manifestation sahraouie pacifique attaquée par la police marocaine

Le 15 mai 2014 suite à un appel de la coordination des associations et comités des droits de l'homme à El Aaiun occupée, et malgré le blocus imposé par les forces d'occupation marocaines, plus du 100 sahraouis sont arrivés rue Essmara pour protester contre l'occupation du territoire, le pillage des ressources naturelles et pour demander la libération des prisonniers politiques sahraouis.
Les agents des renseignements se sont déployés sur les toits des immeubles pour empêcher les journalistes et caméramans de filmer les agressions des forces d'occupation contre les manifestants.
Tous les manifestants, et la plupart des femmes et mineurs ont été blessés à différents degrés dans l’attaque par la police, ainsi que trois journalistes, dont la correspondante de la télévision sahraouie Hayat Khatari.
EM, Sahara Occidental occupé
17 mai 2014

mercredi 14 mai 2014

EM : 38 jours sans manger pour protester contre la violence carcérale marocaine

Le prisonnier politique sahraoui  Salek Laasairi a décidé de mettre fin lundi 12 mai 2014 à la grève de la faim qu'il observait depuis 38 jours.
Il avait commencé sa grève après la destruction de ses effets personnels par les gardiens de la prison de Ait Melloul, les violents coups reçus parce qu'il avait protesté auprès du directeur de la prison, et sa condamnation à 10 jours de cachot pour cela.
Il revendique aussi que lui soient dispensés les soins médicaux dont il a besoin.
Des organisations solidaires portugaises et françaises ont suivi avec attention l'évolution de la grève de la faim de Salek dont les présents mauvais traitements ont fait suite à une publication biographique alertant contre les violences et tortures physiques et psychologiques qui lui sont régulièrement infligées depuis bientôt 10 ans.
Salek a été arrêté le 13/10/2004 et condamné le 6/12/2005 par la cour martiale à la réclusion à perpétuité, selon le chef d'accusation meurtre d’un officier marocain.

Actuellement 73 militants sahraouis sont incarcérés par les autorités marocaines et des dizaines d’autres sont en liberté provisoire dans l’attente de jugement. Tous sont victimes de tortures, dont la pratique a été dénoncée par le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Juan Mendez.
Tous sont des civils sahraouis et nombreux sont ceux qui n'ont d'autre moyens que de mener des grèves de la faim pour protester contre leur arrestation et leurs conditions de détention, au détriment de leur santé.

EM, El Aaiun occupée
le 14/05/2014



38 يوما من اضراب عن الطعام احتجاجا على عنف السجانين المغربيين

قرر المعتقل السياسي الصحراوي السالك لعسيري  يوم الاثنين 12 ماي ايار 2014 تعليق اضرابه المفتوح عن الطعام  الذي بدأه قبل 38 يوما .بعد كسر وتحطيم أغراضه الخاصة من طرف حراس سجن ايت ملول . وتلقى لعسيري لكمات عنيفة بسبب احتجاجه ضد مدير السجن وعوقب بوضعه في عزلة انفرادية لمدة 10 ايام .
ويطالب لعسيري بحقه في تلقي الاسعافات الطبية الذي هو بحاجة اليها .
تابعت منظمات تضامنية من البرتغال وفرنسا وباهتمام تطورات الاضراب عن الطعام الذي خاضه السالك لعسيري بما فيها المعاملة السيئة وقاموا بنشر سيرة ذاتية للتنبيه ضد العنف والتعذيب النفسي والجسدي الذي تعرض له طيلة عشر سنوات من اعتقاله .
اعتقل السالك لعسيري في 13 من تشرين الاول اكتوبر 2004 وتمت ادانته من طرف المحكمة العسكرية  في 6 من ديسمبر كانون الاول 2005 بتهمة قتل ضابط مغربي..
يوجد حاليا 73 مناضلا صحراويا بالسجون المغربية فيما يظل العشرات في حال سراح مؤقت في انتظار المحاكمة ، جميعهم تعرضوا للتعذيب وهي المعاملة التي تم ادانتها من طرف مقرر الامم المتحدة الخاص بشأن التعذيب السيد خوان مانديز .
جميعهم مدنيون صحراويون ، بعضهم لا يملك سوى خوض اضرابات عن الطعام للاحتجاج ضد توقيفهم وظروف اعتقالهم على الرغم من اضرار ذلك على اوضاعهم الصحية .

الفريق الاعلامي الصحراوي "ايكيب ميديا"
العيون المحتلة 14 مايو ايار 2014